facebook twitter youtube instagram

espengfrger

app-storegoogle-play

logo-otavalo

Inti Raymi Previous


  • inti-raymi-5.jpg
  • inti-raymi-1.jpg
  • inti-raymi-2.jpg
  • inti-raymi-3.jpg
  • inti-raymi-4.jpg
  • inti-raymi-6.jpg
  • inti-raymi-7.jpg

L'origine de l'Inty Raymi remonte à l'époque des grands chefs incas et au berceau de son empire el Cusco qui depuis cette époque rend hommage aux divinités andines pour remercier les cultures obtenues et honorer la fécondité de la Terre Mère. 

Cette festivité a une grande signification pour le monde andin, la même importance que les célébrations religieuses pour le monde occidental. C'est la célébration la plus importante des Andes, davantage pour les peuples indigènes car cela correspond à la saison de la maturation des fruits de la Pacha Mama et l'époque des récoltes dans toutes les communautés de la région.

C'est une fête indigène et chaque groupe ethnique a sa propre date pour célébrer l'Inty Raymi. Certaines communautés commencent les festivités dès le 22 juin avec un bain rituel dans les rivières ou cascades sacrées et d'autres attendent le moment propice pour débuter les célébrations.

Toutes les communautés indigènes du canton d'Otavalo célèbrent les rituels suivants pour l'Inty Raymi : 

Armay Chishi – Bain rituel

Ce rituel se réalise le 22 juin, jour du solstice d'été. Les cascades, rivières ou tout autre point d'eau concentrent dans un endroit spécifique l'énergie de toute une année et le bain rituel consiste à capter ces énergies positives, de se débarasser des négatives accumulées et de se charger de forces nouvelles afin de commencer  la célébration de l'Inty Raymi.

Ce bain rituel, est un bain de purification qui est intimement lié à la production de la Terre.

Les chants et les danses

Le soir lors de la célébration, l'ambiance est musicale et inonde les rues et les moindres chemins où l'on peut apercevoir des bandes de personnes avec des instruments de musique comme les flûtes et les harmonicas, les guitarres et les violons. Peu de personnes utilisent encore le rondador, flûte andine,  pendant que d'autres  apprécient les influences modernes comme le mélodica. 

Pendant la danse, les notes musicales des instruments traditionnels donnent force et courage sans limites et provoquent un sentiment profond d' allégresse générale qui se manisfeste dans des expressions linguistiques comme : churay ! churay ! qui incitent a "zapatear" taper du pied très fort en dansant et sans s'arrêter jari ! jari! kulin ! kulun !

Les danseurs et les musiciens au son du "san juanitos" peuvent à tout moment entrer dans les maisons, sans demander la permission, car c'est un honneur pour les propriétaires de recevoir la visite de ces groupes.Un cercle de danseurs se forme immédiatement et commencent à tourner autour du groupe de musiciens.

La musique, les chants et la danse se taisent en sortant de la maison et tout le monde crie oooojaja !, sur un ton de satisfaction, d'accomplissement et de soulagement après le rituel.

La danse et le fait de taper fort du pied se font dans le but de tenir en éveil la Pacha Mama afin qu'elle reçoive "el karana" , un cadeau à travers le rituel du "randi" ou réciprocité.

La branche de coqs

C'est une des plus intéressantes traditions du rituel de l'Inty Raymi. Son origine date de l'époque coloniale, où les haciendas pratiquaient la "uyanza" ou fête de la joie après la récolte. Avec le temps,  cette tradition s'est perdue et s'est transformée en "la rama de gallos" la branche des coqs.

"La rama de gallos" consiste à ce qu'une personne de la communauté s'engage à organiser une fête en l'honneur des divinités andines et en assumer la responsabilité  et l'organisation. C'est le moment idéal pour partager en famille, voisins et amis qui arrivent à la maison de l'organisateur avec un coq et continuent avec le rituel. Les propriétaires de la maison  préparent un bouillon de coq et le partagent avec tout le monde. Par la suite, une personne du groupe assumera la responsabilité d'organiser la fête l'année suivante, mais avec la promesse de doubler l'effort afin d'inviter la communauté et réussir à prolonger ce rituel dans le temps.

L'accroissement, le château et la nourriture rituelle

Pendant l'Inty Raymi, les communautés Kichwas d'Otavalo préparent un "karana", un cadeau sacré très spécial, appelé "castillo", château. Le château est une structure en roseau sur laquelle on suspend différents fruits, du pain, des boutelles d'alcool, de l'argent des piments...

Les organisateur préparent le château chaque année , de génération, en génération et celui qui veut être le prochain organisateur arrache peu à peu des choses du château.

C'est un rituel pour satisfaire les divinité andines et démontrer la prospérité qu'ils ont obtenu grâce à la fertitilité de la Pacha Mama.

L'habillement

Les participants, en plus de porter leur habit traditionnel, portent des masques, des chapeaux, des foulards et des "zamarros" pantalon en fourrure de mouton.



Leave a Comment

banner-nuevos-productos-fr

banner-pymes-turisticos-fr

Banner-SIM-fr

Instagram @otavalotravel